Aller au contenu

Menu principal :

Le coin bibliothèque

L'ETANCHEITE DES JUMELLES ET LONGUES-VUES

C’est un ELEMENT D’IMPORTANCE ESSENTIELLE pour la qualité des jumelles et longues-vues.

Aujourd’hui, une majorité de jumelles à prismes en toit et de longues-vues sont étanches (waterproof) et protégées contre la condensation interne (fogproof), mais ce ne fut pas toujours le cas. Certains modèles économiques ne le sont pas et peu de jumelles à prismes de Porro sont étanches.

Ce n’est d’aucune manière le revêtement caoutchouc (ou autre matière plastique) qui assure l’étanchéité des instruments. Son rôle se limite à la protection contre les chocs et à conférer une forme de préhension facile et agréable. L’étanchéité concerne le « tube » des longues-vues et les deux fûts des jumelles. Ceux-ci sont fermés en usine à l’aide de joints toriques (O-rings) qui sont largement utilisés dans tous les secteurs industriels où une étanchéité est requise. Ainsi, ni l’eau, ni la vapeur, ni les poussières ne peuvent pénétrer à l’intérieur. C’est évidemment un aspect très important pour la durabilité de l’instrument, en particulier si celui-ci est fréquemment utilisé à l’extérieur. Pour des séjours dans les régions les plus humides, par exemple en forêt tropicale, ou sous climat de mousson, c’est indispensable.


L'étanchéité des jumelles est assurée par des joints toriques classiques

Le remplissage à l'azote

Vérifiez l'étanchéité de vos jumelles

La toute grande majorité des modèles étanches sont également purgés à l’azote, ou à l’argon, voire avec un mélange argon-krypton. Ces gaz inertes ont l’avantage de ne provoquer dans le temps aucune corrosion à l’intérieur des instruments (notamment du traitement métallique des prismes) et de ne pas contenir d’humidité. Ainsi, au cas où les jumelles sont soumises à des températures très basses, aucune condensation interne n’apparaît. L'azote*, l'argon et le krypton ne permettent pas non plus le développement d'organismes vivants dans l'instrument.
En l’absence de cette purge, c'est de l'air qui remplit l’instrument et il contient de la vapeur d’eau qui peut se condenser, ainsi que de l’oxygène (air = 80% azote + 20% oxygène) qui pourra, à la longue, être corrosif.

Placez vos jumelles ou votre longue-vue dans un local chaud et humide, comme par exemple la salle de bains, durant une journée. Ensuite, placez-les durant quelques heures au frigo. Lorsque vous les sortez, examinez les lentilles d'objectif et d'oculaire. Si un voile d'humidité apparaît A L'INTERIEUR des lentilles, l'instrument n'est pas ou plus étanche. Il faut alors que vous l'entreposiez dans un local bien sec pour en faire sortir l'humidité.
Si votre modèle était étanche, vous pouvez probablement le faire réparer mais cela n'est pas toujours pris en charge par la garantie, en particulier si vos jumelles ou votre longue-vue portent des marques de choc.

L’azote est le moyen le plus économique et le plus classique de rendre des jumelles « fogproof ». L’argon est plus cher, mais sa surpression dans les jumelles se maintient plus longtemps. Le « gonflage » des jumelles se fait par des orifices masqués sous le revêtement caoutchouc. La pression du gaz peut atteindre 7 fois la pression atmosphérique et empêche donc toute pénétration venant de l'extérieur.

Waterproof et weatherproof : la différence

 

Les instruments qui sont renseignés comme étant résistants à la pluie (weatherproof) ne sont pas étanches. Une simple ondée ne les affectera pas, mais une chute dans l’eau ou une pluie intense provoqueront des entrées d’eau. Les jumelles à prismes de Porro présentent des pièces externes mobiles : les oculaires montent et descendent pour effectuer la mise au point. De ce fait, comme le volume interne de l'instrument varie, de l'air est obligatoirepent aspiré ou expulsé, emmenant avec lui humidité, poussières, spores... Dans ces conditions, il est impossible d’assurer une parfaite étanchéité, et ces modèles ne sont généralement que « weatherproof » (il existe des exceptions en jumelles de marine, mais alors sans mise au point centralisée).

Certains modèles de jumelles et longues-vues de
haut de gamme répondent à des normes techniques internationales (allemandes, japonaises, américaines...) d’étanchéité strictes et résistent durant un certain laps de temps à l’immersion dans une certaine profondeur d’eau.

Quand jumelles et longues-vues ne sont plus étanches

Un choc ou le vieillissement des joints peuvent provoquer une perte d’étanchéité. Que se passe-t-il alors ? Le gaz inerte de remplissage s’échappe et de l’air entre. Si les jumelles sont soumises au froid, de la condensation pourra apparaître sur les prismes et les faces intérieures des lentilles (on peut vérifier en déposant ses jumelles au congélateur quelque temps). Cette condensation disparaîtra lors du retour à une température plus élevée. Des poussières infimes, de la fumée de tabac peuvent entrer à l’intérieur des jumelles et voiler progressivement les prismes et lentilles. Ce voile est visible quand on regarde dans les jumelles par l’objectif (le « gros bout »). Des spores de champignons dont l’atmosphère est remplie finiront aussi par rentrer et se déposer sur les éléments optiques. Avec l’humidité, de petites colonies de champignons se développeront lentement sous forme de taches rondes que l’on verra en regardant à l’intérieur des jumelles par l’objectif.
L’oxygène de l’air pourra dégrader le traitement des prismes, en particulier s’il s’agit d’un traitement économique à l’aluminium.


Les champignons à l'intérieur des jumelles ou longues-vues se présentent sous forme de points, auréoles ou filaments blanchâtres

Les instruments économiques et de milieu de gamme actuels ne permettent souvent plus un nettoyage interne en usine. Si l’étanchéité est perdue et si les problèmes cités ci-dessus apparaissent, la seule solution sera de racheter du neuf. Mais en haut de gamme, un entretien est possible et se justifie, vu le prix élevé des instruments.

* azote vient de racines grecqus et signifie "sans vie". Ce nom a été donné au gaz en question parce que les scientifiques avaient remarqué que tout animal qui y était plongé mourait rapidement.

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu