Aller au contenu

Menu principal :

Comparatifs > Bras de fer jumelles


Tests comparatifs jumelles "bras de fer"

 

Des essais comparatifs de jumelles réalisés par TopOptics

Vortex Diamondback 8x42 vs Olivon PC3 8x42


Tout comme la marque canadienne Olivon Manufacturing, les Yankees de Vortex Optics réalisent une forte percée sur le marché européen, notamment avec leurs jumelles. Si Olivon joue avant tout sur le volet qualité-prix, Vortex se positionne comme une marque fiable, avec une garantie à vie sur les produits et avec une présentation soignée.
Nous avons comparé ici les Vortex Diamondback aux Olivon PC3 dans le format populaire et polyvalent 8x42. Ce sont des modèles qui s'incrivent dans le segment économique mais qui revendiquent de très bonnes performances optiques. Voyons ce qu'il en est.

DIMENSIONS

Les deux paires de jumelles sont extrêmement semblables en dimensions extérieures et se situent dans la moyenne de leur catégorie 42 mm. Ce n'est pas non plus dans le poids qu'il faudra rechercher un écart significatif. Les deux modèles sont agréablement légers, un peu au-delà de 600 gr. Nous déclarerons donc ici un

jeu égal sur ce point

AGREMENT A L'EMPLOI

Il ne fait aucun doute que le soin apporté à la présentation du produit est supérieur chez Vortex : plus jolie boîte, bel étui semi-rigide. Les jumelles elles-mêmes, bicolores vert foncé-noir "à la Swarovski" sont plus classieuses que les noires Olivon. En matière d'équipement utile, comme capuchons et lanière de cou, Vortex fait aussi qualitativement un peu mieux.


Vortex Diamondback et Olivon PC3 : une double démonstration qu'il ne faut plus dépenser une fortune pour acquérir de fort bonnes jumelles

En mains, mon avis personnel est que les Olivon sont plus douces, plus agréables. Un revêtement moins souple et des rainures latérales rendent les Vortex plus anguleuses. On y notera cependant la présence d'un renfoncement pour les pouces, absent sur les PC3. La structure à double charnière permet une manipulation plus aisée des Olivon PC3 à une seule main.
La molette de mise au point opère sur 1,5 tour chez Les Diamondback et à peine plus chez les PC3. C'est dans les deux cas un compromis parfait entre rapidité et précision de mise au point. La molette des Olivon accroche un peu mieux au doigt et tombe plus naturellement sous l'index, sans que cela mérite une mauvaise note chez Vortex.
Pour le réglage de dioptrie aussi, la bague Olivon munie de deux ergots se manipule un peu plus aisément (une des meilleures que je connaisse à ce sujet). Dans les deux cas, le réglage se fait à l'oculaire droit par une bague à haute friction, c'est classique.
Les oeilletons rigides relevables présentent de part et d'autre un cran intermédiaire, et il est mieux marqué chez Vortex.
Dans l'ensemble, si les Vortex Diamondback sont indéniablement plus classieuses et mieux présentées, et cela joue un rôle si on veut en faire un cadeau, Les Olivon PC3 se rattrappent par de petits avantages en agrément à l'emploi, et c'est à mon sens prioritaire. Je donnerai donc un

léger avantage aux Olivon PC3 8x42 sur ce point


Très bonne image dans les deux cas, avec une brillance supérieure chez Vortex

PERFORMANCES OPTIQUES

Pour un modèle économique, les Olivon PC3 se distinguent par des prismes bénéficiant d'un traitement de correction de phase et d'un revêtement haute réflectivité à l'argent. Vortex fait un peu mieux sur le papier en proposant un traitement diélectrique de haute réflectivité, théoriquement plus performant encore, et un traitement de correction de phase.
On n'est pas déçu : si l'image des PC3 est de très bon niveau, celle des Diamondback est indéniablement plus brillante encore. La définition est très bonne dans les deux cas.
Contrairement aux données des fiches techniques, le champ de vision des Vortex apparaît plus large que celui des Olivon, mais cela se paie par la netteté de l'image au bord qui est inférieure. L'avantage est donc perdu.

Autre petit bémol : une sorte d'anneau étrange entoure l'image perçue sur les Diamondback, ce qui n'est pas le cas sur les PC3 ou la périphérie de l'image est "propre".
L'image est très neutre dans les deux cas, à peine plus chaude chez Vortex. L'aberration chromatique (on n'a pas ici de verres ED) n'est un problème majeur ni pour l'une, ni pour l'autre. La mise au point minimale est très courte, encore un peu plus pour les Diamondback.
On a donc effectivement ici d
eux fort bons modèles économiques et la brillance d'image un peu supérieure des Vortex les détache à mon avis légèrement. Je donnerai un

léger avantage aux Vortex Diamondback 8x42 sur ce point.


Canadiennes pour Olivon, ou américaines pour Vortex, les PC3 et les Diamondback sont en pratique des productions chinoises

RAPPORT QUALITE-PRIX

Tout en restant un choix économique, les Vortex Diamondback sont un peu plus coûteuses que les Olivon PC3. Cela se justifie par une présentation supérieure et une garantie "à vie", pour autant que cela signifie réellement quelque chose. Elle est de 10 ans chez Olivon, ce qui est raisonnable.
Que ce soit en performances optiques ou en agrément à l'usage, les deux concurrentes se différencient en définitive assez peu, les atouts de l'une sur un point étant compensés par ceux de la seconde sur un autre point.
On a assurément affaire à de bonnes jumelles, agréables et perfomantes pour un prix très attractif. Celui qui s'attache au look et à la garantie ira vers Vortex. Celui qui regarde son compte en banque avant tout ira vers Olivon. Globalement, je sifflerai le

jeu égal sur ce point

RESUME

 

(+)

faible avantage

+

avantage

++

net avantage

(-)

faible désavantage

-

désavantage

--

net désavantage

=

niveau équivalent

Rq : un « désavantage » ne signifie d’aucune manière une performance faible, mais seulement que l’autre modèle est supérieur !

Critères

Vortex Diamondback 8x42

Olivon PC3 8x42

Poids et dimensions

=

=

Agrément général à l'usage

(-)

(+)

Réglage de dioptrie

(-)

(+)

Image (neutralité, définition, luminosité)

(+)

(-)

Champ de vision

=

=

Profondeur de champ perçue

=

=

Distance de mise au point minimale

(+)

(-)

Rapport performances / prix

=

=

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu