Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Tests comparatifs longues-vues "bras de fer"

 

Des essais comparatifs de longues-vues réalisés par TopOptics

Zeiss Conquest Gavia 30-60x85 vs Nikon Monarch 16-48x60 ED A

L'idée de départ de cet essai était de mesurer les deux nouveaux modèles en compétition directe que sont la Zeiss Conquest Gavia 85 et la Nikon Monarch 82 ED A. Mais les aléas ont fait que seule la Monarch 60 mm était disponible... Comparaison un peu déséquilibrée donc, mais qui n'est pas insensée puisque, au diamètre d'objectif et à la longueur focale près, la Nikon Monarch 60 ED A présente toutes les caractéristiques et qualités de sa grande soeur de 82 mm.
Voici donc en lice deux très beaux modèles de haut de gamme qui affichent chacun un blason des plus prestigieux et qui s'adressent aux observateurs qui recherchent de très hautes performances, sans toutefois envisager de payer les prix fous du sommet de gamme.


DIMENSIONS

 

Il n'y a évidemment "pas photo" ici, mais pour être à la fois fair play et logiques, nous allons prendre en compte les données des fiches techniques de la Zeiss Gavia 85 mm et de la Nikon Monarch ED 82 mm. Et là, Nikon affiche un poids nettement plus élevé que celui, très raisonnable, annoncé par Zeiss. En fait, la Gavia pèse à peine plus que la Monarch 60 mm ! C'est l'énorme bloc de prismes de Nikon qui grève le poids de ces modèles. En dimensions, la Gavia 85 est aussi un peu plus courte que la Monarch 82 et nous conclurons donc en attribuant un

Net avantage à la Zeiss Conquest Gavia 85 sur ce point

AGREMENT A L'EMPLOI

Comme il se doit à ce niveau de prix élevé, la présentation est dans les deux cas sérieuse et soignée et la finition des longues-vues est de très bon niveau. L'Allemande (qui n'affirme pas clairement son origine...) est classiquement enrobée de caoutchouc anthracite, alors que la Japonaise (made in China d'ailleurs...) a un corps métallique peint, seul le bloc de prismes étant enserré dans une enveloppe protectrice.



Malgré la différence de taille, la Nikon Monarch 60 mm pèse presqu'autant que la Zeiss Gavia 85 mm ! Quant à la Nikon Monarch 82 mm, elle est nettement plus pesante que sa concurrente allemande.

Pour l'une et l'autre, la housse de protection est en option.

Pour ce modèle Gavia plus abordable que ses Diascope, Zeiss a choisi une mise au point par grosse bague axiale, "à la Swarovski". Même choix chez Nikon, la Monarch prenant la succession de la série Fieldscope qui utilisait déjà ce système depuis bien longtemps. Dommage ! Que ce soit sur le plan ergonomique ou sur celui de la précision de mise au point, ce système n'approche pas l'efficacité des doubles molettes rapide/fine que proposent Kowa, Leica ou même Zeiss sur sa Diascope. Sur la Gavia, la bague opère sur un tour, mais seulement sur 3/4 de tour chez Nikon, et la précision de mise au point s'en ressent encore plus. Mais le mouvement des bagues est régulier et onctueux et l'adhérence au doigt, bonne.
En ce qui concerne le zoom, il est classique par rotation et sa manipulation est sans blame dans un cas comme dans l'autre. Remarquons que Nikon n'indique que "high" et "low" au deux extrémités du champ du zoom, mais pas le facteur de grossissement exact qui varie selon le modèle 60 mm ou 82 mm en raison de la différence de longueur focale. Pas grave, mais un peu contrariant !
L'oeilleton rigide se relève avec une position intermédiaire chez Zeiss, mais cet intermédiaire n'existe pas chez Nikon. Pare-soleil et bouchons de protection sont évidemment de la partie.
Malgré la petite déception liée aux bagues de mise au point, nous avons affaire ici à deux instruments d'usage très agréable et sans surprise. La Gavia présentant quelques atouts supplémentaires, je donnerai un

Avantage à la Zeiss Conquest Gavia 85 sur ce point

PERFORMANCES OPTIQUES

La bonne surprise est au rendez-vous dès que l'on colle l'oeil aux oeilletons. Mais est-ce une surprise ? Evidemment, l'image est magnifique, brillante, contrastée, neutre, splendidement définie. Petite fausse note chez Zeiss, un halo bleu prononcé enrobe le bord d'image. Il n'est certes pas envahissant, mais chez Nikon, c'est parfait jusqu'au bord extrême. En ce qui concerne le chromatisme, la sino-nippone fait aussi mieux : aucune frange n'est perceptible alors qu'il existe un petit résidu non contrôlé chez la pseudo-germanique.
Il ne nous est pas possible de comparer face à face les deux zooms. La Monarch 60 ED en test est équipée d'un 16-48x de très bon aloi et qui garde ses qualités jusquau-delà de 40x. Un zoom à large champ 24-48x est aussi disponible.


On est ici dans le haut de gamme, avec des performances optiques non seulement très proches, mais excellentes.

La Gavia 85 présente comme choix unique un zoom 30-60x qui, lui aussi se comporte très bien jusqu'au grossissement de 50 x au moins, mais il ne se détache pas par une largeur de champ particulièrement favorable. En comparant des choses comparables sur base des fiches techniques, le 30-60x Nikon affiche un angle nettement plus large que le 30-60x de Zeiss.
Dans l'ensemble, alors que les performances optiques des Nikon Monarch ED peuvent sans rougir venir jouer des coudes avec les bijoux du sommet de gamme, la Zeiss Gavia se positionne un peu en retrait à cet égard et nous donnerons donc un

Avantage à la Nikon Monarch ED sur ce point.

RAPPORT QUALITE-PRIX

La Zeiss Gavia 30-60 x 85 et les Nikon Monarch 82 ED A équipées du zoom 20-60x ou 30-60x sont dans un mouchoir de poche en termes de prix de vente.
Très classique de forme et d'usage, la Gavia est agréablement légère. Son emploi est un plaisir même si on aurait espéré un système de mise au point plus précis. En optique,c'est bon et même très bon, mais ça ne rivalise pas tout-à-fait avec ce qui se fait de mieux. Le chromatisme est encore un peu présent et le net halo bleu du tour d'image fait désordre. Quant au champ du zoom 30-60 "wide", il est un peu décevant.
Chez Nikon, l'optique est magnifique, dérangeante même pour les vedettes du sommet de gamme. Mais l'instrument est pesant et un peu en retrait sur des détails ergonomiques, dont la progressivité de mise au point.
Pour ce qu'il en est des garanties, les deux grandes maisons offrent 10 ans, ce qui est désormais habituel.


Alors que Nikon a misé sur les performances optiques au prix d'un poids conséquent, la Zeiss est agréablement légère, mais perd du terrain en qualités optiques pures.

Alors, comment trancher ? Je crois que le fait que ces deux concurrentes ne soient pas identiques est une bonne chose. Chacune a des arguments convaincants à faire valoir et pourra sans problème conquérir un public exigeant. Donnant une certaine faveur au brio optique de Nikon, je donnerai toutefois un

léger avantage à la Nikon Monarch ED sur ce point

RESUME

 

(+)

faible avantage

+

avantage

++

net avantage

(-)

faible désavantage

-

désavantage

--

net désavantage

=

niveau équivalent

Rq : un « désavantage » ne signifie d’aucune manière une performance faible, mais seulement que l’autre modèle est supérieur !

Critères

Zeiss Conquest Gavia 30-60x85

Nikon Monarch (82*) ED A

Poids et dimensions

++

--

Agrément général à l'usage

+

-

Agrément du zoom (progressivité, conservation de la mise au point)

=

=

Image (neutralité, définition, luminosité, chromatisme)

-

+

Champ de vision

--

++

Distance de mise au point minimale

=

=

Rapport performances / prix

(-)

(+)

* En raison des disponibilités, c'est une Nikon Monarch 60 ED A et non 82 ED A (60 mm a lieu de 82 mm) qui fait l'objet du test comparatif.

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu