Aller au contenu

Menu principal :

Le coin bibliothèque

Les jumelles économiques : la prudence s'impose

 

Les jumelles économiques : un produit bien de son temps

 

Il y a 50 ans encore, les jumelles étaient des objets essentiellement destinés aux usages militaires et de navigation. Peu de particuliers en possédaient et, à l'exception de lourds instruments venant de Russie, c'était du matériel très coûteux. Mais notre société de loisirs a popularisé l'usage des jumelles et la mondialisation a permis de les fabriquer aisément là où la main d'œuvre est moins chère. Ainsi, une offre vertigineuse de jumelles de tout poil a envahi les magasins physiques et virtuels.
Comme nous l'avons illustré dans un autre article
, les jumelles économiques sont un domaine où le rapport qualité-prix n'est pas toujours au rendez-vous et où l'épargne de quelques dizaines d'euros peut en réalité se traduire par le gaspillage de bien davantage... Il ne faut donc pas s'y aventurer à l'aveugle.

Je ne parlerai pas ici des jumelles jouets ou de bas de gamme mais de modèles qui veulent proposer des performances honorables pour un prix très attractif. A moins de 150 EUR pour un format standard de type 8x42 ou 10x42, il ne faut pas espérer obtenir autre chose qu'un cul de bouteille à peine utilisable. Dans les jumelles compactes de type 8x25, il y a déjà des choses correctes pour moins de 100 EUR.


Les fabricants chinois de jumelles sont désormais de grandes sociétés modernes et bien équipées

Toutes les jumelles économiques sont fabriquées en Asie et l'écrasante majorité vient de Chine où il existe de très gros fabricants. L'évolution des techniques, la modernisation des outils, la spécialisation du personnel (mais aussi des législations environnementales déficientes) permettent aux producteurs chinois de proposer à prix réduit des instruments dont certains atteignent désormais un bon niveau de performances.

Bien plus de marques commerciales que de modèles

 

Entrepreneurs audacieux, revendeurs d'optique ayant pignon sur rue, chaînes de magasins outdoors, évènements sportifs ou artistiques, marques de voitures... chacun y va de "ses" jumelles. Mais bien évidemment, personne ne les fabrique et tout le monde se contente d'apposer son logo sur le modèle anonyme à prix réduit d'un grand faiseur chinois.

L'excellent organisme d'essais polonais Allbinos a détecté 5 "clones" : un modèle 10x42 identique proposé par 5 marques différentes, dont certaines très réputées, sous des habillages légèrement adaptés : Bynolyt, Ecotone, Fomei, Opticron et Vixen. A noter que ce modèle obtient des notes de performances favorables. Il existe bien d'autres cas semblables.

En réalité, on peut dire qu'aucune marque ne réalise elle-même les modèles bon marché
qu'elle propose. La logique économique veut que ce soit des objets produits en énormes quantités pour comprimer les coûts de développement et de fabrication. Autant dire que les jumelles de gamme inférieure sont un domaine où il y a certes du bon, mais aussi du beaucoup moins bon.


5 marques, un seul modèle !

Où sont les économies ?

 

Il n'est évidemment pas question ici de réaliser des jumelles avec les meilleures performances mais plutôt de faire aussi bien que possible dans un cadre budgétaire étroit.
Le nombre de lentilles sera réduit et le choix des verres sera dirigé vers l'économie. Cependant, l'industrie chinoise est maintenant en mesure de proposer de bons verres optiques peu coûteux, tant pour les lentilles que pour les prismes. Ce n'est donc plus un problème insoluble.

Les traitements des lentilles et prismes seront simplifiés : couches moins nombreuses,  substances moins coûteuses, contrôle de qualité moins strict... Mais à nouveau, la technologie permet d'obtenir à prix très contrôlé un taux de transmission de la lumière aux travers des jumelles de l'ordre de 80%. A titre de comparaison, le haut de gamme se situe à 90%. C'est donc seulement 10% de mieux pour 5 ou 10 fois le prix... Et 80%, c'est de toute manière déjà bien mieux que les modèles courants d'après-guerre !

Tous les éléments mécaniques des jumelles (molettes, œilletons...) seront simplifiés pour la facilité du montage et réalisés en matériaux peu coûteux; le corps des jumelles sera le plus souvent en matière plastique moulée (polycarbonate) plutôt qu'en métal usiné (aluminium ou magnésium), le recouvrement de protection sera du PVC souple et non un caoutchouc  synthétique. Dans certains cas, les constructeurs font l'économie de l'étanchéité pour leurs modèles premier prix. Les accessoires seront moins "nobles", quoique certaines marques se spécialisent dans le camouflage de modèles plu que modestes sous une présentation pseudo-luxueuse.


Même en gamme économique, une société comme Kowa se doit de faire honneur à son rang; ces Kowa SV 8x32 sont excellentes.


Olivon  est un spécialiste du rapport qualité-prix. Les modèles de la gamme PC3 sont de très bon niveau.


La gamme New Foresta de la société japonaise Vixen est à la fois économique et performante


Les jumelles à prismes de Porro restent une bonne solution pour obtenir une belle optique à prix réduit. Pentax propose plusieurs modèles,comme ces 8x40 WP.

A noter que les jumelles à prismes de Porro, architecture ancienne simple à réaliser, sont mons coûteuses que les jumelles à prismes en toit. Sur le plan optique, cependant, elles peuvent être excellentes. Leurs faiblesses sont l'encombrement supérieur et le fait qu'elles ne sont pas étanches. Mais acheter un modèle à prismes de Porro est une bonne solution pour obtenir une belle optique à prix réduit.

Que deviennent les performances ?

 

Outre la robustesse qui ne peut logiquement pas se comparer avec celle des jumelles du haut de gamme, on notera inévitablement des défauts d'optique plus ou moins importants liés à la simplicité de construction. Les instruments sérieux proposent cependant un centre d'image de bonne qualité, une définition et un contraste de bon aloi, des teintes neutres. Les bords d'images sont moins bons que dans les gammes supérieures et le chromatisme est présent car les véritables verres ED, même en version chinoise, restent chers. L'image est moins brillante puisque la transmission de lumière est plus faible. Il peut y avoir quelques halos et des reflets parasites. A part cela, les valeurs telles que la largeur du champ de vision et la mise au point minimale se rapprochent parfois de ce que proposent les jumelles plus huppées. L'ergonomie peut être très bonne, y compris pour les porteurs de lunettes (oeilletons relevables, bon dégagement oculaire)
Bref au total, les bons modèles économiques permettront à leurs utilisateurs une observation agréable et efficace, même si la qualité d'image ne se compare pas à ce qu'offre le milieu ou le haut de gamme.

Quelles jumelles économiques choisir ?

 

Il faut l'admettre, certains modèles à bas prix sont affligeants, avec des images ternes, sans contraste, à la définition médiocre et aux couleurs distordues. Sur le plan mécanique, c'est parfois aussi la catastrophe. Le plus sage est donc d'acheter un modèle qui fait partie de l'offre d'une véritable marque d'optique réputée.

Hélas, il n'existe que très peu d'essais comparatifs valables pour les jumelles économiques. La plupart des tests se font outre-Atlantique et les modèles bon marché présents sur ce marché sont le plus souvent inconnus chez nous, ou en tous cas présentés sous d'autres noms. Certains essayeurs réalisent de vastes campagnes d'essais mélangeant les genres et comparent côte à côte des jumelles à 200 EUR avec d'autres à 2000 EUR, attribuant une note déplorable aux premières. C'est évidemment insensé et cela ne signifie pas que le modèle à 200 EUR n'offre pas un excellent rapport qualité-prix.

Pour l'acheteur, il n'est donc pas facile de voir clair dans une telle jungle et il sera essentiel de jouir des conseils d'un véritable spécialiste multi-marques qui aura pu faire le tri du meilleur et du moins bon.

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu