Aller au contenu

Menu principal :

Comparatifs > Bras de fer jumelles



Tests comparatifs jumelles "bras de fer"

 
 

Des essais comparatifs de jumelles réalisés par TopOptics

Nikon Monarch 5 8x42 vs Olivon PC3 8x42 ED

Voici un challenge intéressant entre un cador et un outsider !

D'un côté, la célébrissime marque japonaise Nikon, leader de l'optique de loisirs, avec le populaire
modèle Monarch 5 qui marque l'entrée dans les jumelles de milieu de gamme équipées de verres ED. De l'autre, la petite marque canadienne Olivon, avec son modèle PC3 ED qui se situe dans les mêmes eaux technologiques et de prix.
Chez Olivon, les PC3 ED sont le modèle le plus performant, à la date d'écrire ce comparatif. Nikon, lui, offre une profusion de jumelles, depuis des modèles franchement basiques, en passant par la gamme à prismes en toit économique Prostaff 5 et Prostaff 7, puis par le milieu de gamme Monarch 5 et Monarch 7, vers les Monarch HG qui introduisent au haut de gamme, pour culminer avec les EDG qui rivalisent au côté des vedettes de Zeiss, Swarovski ou Leica.

En comparant les Nikon Monarch 5 avec les Olivon PC3 ED en format 8x42, nous allons voir si bon sang ne peut mentir... ou si les petits peuvent faire aussi bien que les grands !


DIMENSIONS

Que ce soit en ce qui concerne leur encombrement extérieur hauteur - largeur, ou en ce qui concerne leur poids, les Nikon Monarch 5 et les Olivon PC3 ED se différencient très peu. Les Olivon pèsent 25 gr de plus alors que les Nikon sont légèrement plus hautes. Il n'y a là-dedans absolument rien de significatif et je déclarerai donc le

jeu égal sur ce point

AGREMENT A L'EMPLOI

La présentation Nikon est légèrement supérieure à celle d'Olivon qui mise à fond sur la simplicité et le rapport qualité-prix. Mais en réalité, l'équipement est identique avec une bonne lanière de cou large, un étui en cordura robuste, un capuchon anti-pluie et des couvercles d'objectifs. Ceux des Monarch 5 sont indiscutablement mieux reliés aux jumelles et s'égareront moins facilement. Avec les PC3 ED, il faudra recourir au "bout de ficelle" si on veut éviter de les perdre rapidement.


De nos jours, la marque perd de son importance. A même niveau technologique, les jumelles offrent toutes des performances fort similaires

Les rivales sont évidemment enrobées d'un revêtement protecteur de caoutchouc et équipées d'oeilletons rigides relevables. Elles sont toutes deux signalées étanches et la dioptrie se règle par une molette à haute friction à l'oculaire droit. J'ai trouvé que celle de Nikon s'opérait un peu plus aisément.
En mains, cependant, ls Olivon sont plus confortables à mon goût et la molette de mise au point tombe plus naturellement sous l'index : c'est le résultat de la structure à double charnière qui, en plus, facilite l'usage des jumelles à un seule main.
Dans l'ensemble, les écarts étant faibles et allant dans un sens et l'autre, il me semble impossible de départager les concurrentes et je déclarerai le

Jeu égal sur ce point

 
 
 
 

PERFORMANCES OPTIQUES


Deux bons modèles avec une belle optique, quasi-indifférenciables quant aux performances

Tant les Olivon PC3 ED que les Nikon Monarch 5 disposent de verres ED, ce qui est un avantage en matière de réduction du chromatisme et donc de qualité d'image. Les prismes en verre BaK-4 bénéficient, chez l'une et l'autre, d'un traitement de correction de phase qui améliore la définition ainsi que d'un traitement diélectrique qui optimise la réflectivité et donc la brillance de l'image. Sur le papier, on en est ainsi à l'ex-aquo parfait. Qu'en est-il devant les yeux ?

J'ai eu beau essayer et réessayer, fixer des objets divers, je n'ai pas pu différencier les concurrentes pour ce qui est de la qualité d'image. Définition, brillance, dégradation aux bord... : tout est à fort bon niveau et se tient de tellement près qu'il faudrait des instruments de mesure plus précis que mes yeux pour remarquer un écart. On pourra juste dire que l'image Olivon est à peine plus chaude que l'image Nikon.
Cela saute moins aux yeux que ce que suggéreraient les fiches techniques, mais le champ de vision est un peu plus large chez les Oivon PC3 ED; c'est d'ailleurs un domaine où les Monarch 5, malgré leurs qualités, restent sous le standard.

La mise au point minimale est aussi de quelques décimètres plus courte chez les Olivon PC3 ED. Au total, ceci m'amène à octroyer un

léger avantage aux Olivon PC3 ED sur ce point


Deux très bons modèles pour un prix qui reste raisonnable... même si le nom de Nikon se paie un peu plus cher !

RAPPORT QUALITE-PRIX

Nous venons de voir que les PC3 ED 8x42 d'Olivon font au moins aussi bien (et même un peu mieux) que les Monarch 5 8x42 du géant Nikon en matière de plaisir à l'emploi et en matière de performances optiques.
Les Nikon sont cependant un peu plus chères à l'achat. La garantie de Nikon est standard, 10 ans, mais le réseau commercial de la marque et son aura sont évidemment très largement au-dessus de ceux dOlivon. Et les jumelles sont un peu mieux présentées.
Dans l'ensemble, je comprends qu'un acheteur préfère investir quelques dizaines d'euros supplémentaires pour obtenir des jumelles de marque Nikon, mais si nous nous en tenons à la logique pure et dure, je dois à nouveau donner un

léger avantage aux Olivon PC3 8x42 ED sur ce point


RESUME

 

(+)

faible avantage

+

avantage

++

net avantage

(-)

faible désavantage

-

désavantage

--

net désavantage

=

niveau équivalent

Rq : un « désavantage » ne signifie d’aucune manière une performance faible, mais seulement que l’autre modèle est supérieur !

Critères

Nikon Monarch 5 8x42

Olivon PC3 8x42 ED

Poids et dimensions

=

=

Agrément général à l'usage

=

=

Réglage de dioptrie

(+)

(-)

Image (neutralité, définition, luminosité)

=

=

Champ de vision

-

+

Profondeur de champ perçue

=

=

Distance de mise au point minimale

(-)

(+)

Rapport performances / prix

(-)

(+)

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu