Essai comparatif entre les jumelles Vortex Diamondback HD vs Olivon PC3 10x42 - TopOptics, jumelles, longues-vues, digiscopie

Aller au contenu

Menu principal :

Comparatifs > Bras de fer jumelles



Tests comparatifs jumelles "bras de fer"

 
 

Des essais comparatifs de jumelles réalisés par TopOptics

Vortex Diamondback HD vs Olivon PC3 10x42

Comparatif Vortex Diamondback HD vs Olivon PC3 10x42

La société américaine Vortex fait depuis quelque temps un malheur avec ses jumelles, et notamment avec ses modèles économiques Diamondback HD.
Le terme « HD », venu s’accoler au nom de cette version, n’y est certainement pas étranger. Que veut-il dire… ? Il évoque ED, Haute Définition… Vortex nous parle de verres améliorant la définition de l’image et minimisant l’aberration chromatique. Mythe ou réalité… ?

Nous avons donc voulu en avoir le cœur net en comparant les Vortex Diamondback HD10x42 à leurs concurrentes Olivon PC3 10x42 dont nous avons déjà eu maintes fois l’occasion de dire du bien. Les Diamondback HD justifient-elles leur succès ? Nous allons voir.

DIMENSIONS

A ce sujet, les deux modèles ne se différencient que très peu. Que ce soit en taille ou en poids, les écarts ne sont pas significatifs et ces jumelles sont d’ailleurs très agréablement compactes et légères. Ce sera donc un

jeu égal sur ce point.

EQUIPEMENT




Rien qu’en regardant la boîte de l’une et de l’autre, on constate une approche de marketing radicalement différente. Vortex cherche à impressionner par un luxe apparent, alors qu’Olivon cultive la sobriété.
En déballant les jumelles, cela se confirme. Vortex nous propose un splendide étui beige rembourré, le même que pour ses modèles Viper HD ou Razor HD, beaucoup plus coûteux. Olivon se contente d’une simple pochette classique, noire. Les Diamondback HD sont bien finies, avec un revêtement vert. Elles disposent d’un capuchon anti-pluie classique et de bouchons d’objectifs qui le sont tout autant, ainsi que d’une belle lanière de cou large. Idem chez Olivon, où le revêtement de protection est gris anthracite.
Concrètement, à l’usage, cela ne fera guère de différence, mais si l’on veut faire un cadeau, il est évident que les Vortex en « jettent » nettement plus que les Olivon et je donnerai donc un

avantage aux Vortex Diamondback HD 10x42 sur ce point

AGREMENT A L'EMPLOI

 

En mains, les deux modèles sont très agréables. Ils sont minces et conviendront bien aux petites mains. Vortex a prévu des rainures et des repose-pouce pour optimiser le grip. Chez Olivon, la structure à double charnière permet une excellente préhension, même à une seule main.
Dans les deux cas, nous avons des œilletons rigides relevables et une molette de réglage de dioptrie à haute friction, située à l’oculaire droit ; le maniement de la molette Olivon est particulièrement aisé. La molette de mise au point est fluide des deux côtés. Chez Olivon, elle opère sur 2 tours, ce qui privilégie plus la progressivité que la rapidité de mise au point. Chez Vortex, c’est 1 tour ¾ ; guère différent, donc.
Globalement, nous avons ici deux modèles très agréables en mains et qui s’emploient avec grande facilité. Je donnerai donc le

jeu égal sur ce point




CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Vortex et Olivon sont des sociétés qui nous informent complètement sur la technologie de leurs jumelles, et c’est très bien. Fidèles chacun à leur approche marketing, Vortex fait un peu de show à ce sujet alors qu’Olivon reste sobre. Mais dans l’ensemble, le bilan est plutôt comparable.
Evidemment, nous avons chez les deux un traitement multicouche intégra
l des interfaces verre/air. Nous avons aussi de part et d’autre un traitement de correction de phase de prismes. Alors qu’Olivon recourt à un traitement de haute réflectivité des prismes à l’argent, Vortex utilise un traitement diélectrique, encore légèrement plus efficace, en principe. La marque américaine propose aussi un traitement anti-salissures et anti-griffes des lentilles extérieures, ce qui est un avantage.

Et puis, bien entendu, il y a, selon Vortex, ces verres « HD » qui optimisent la définition, la neutralité de l’image et réduisent le chromatisme. Chez Olivon, le remplissage d’étanchéité est à l’azote alors qu’il est à l’argon chez Vortex, ce qui est équivalent.
Dans l’ensemble, selon les données fournies par les marques, nous donnerons un

avantage aux Vortex Diamondback HD 10x42 sur ce point.

PERFORMANCES OPTIQUES

C’est en les portant aux yeux que nous saurons si les Vortex tiennent leurs promesses…
L’image des Olivon PC3 10x42 est de fort bonne qualité pour un modèle économique, contrastée et bien définie, mais celle des Vortex Diamondback HD est encore meilleure, très brillante et avec un « piqué » supérieur. L’écart n’est pas énorme, mais il est présent.
En ce qui concerne le chromatisme, Vortex est peut-être un peu optimiste, car son système de verres ne le réduit guère plus que celui d’Olivon. L’aberration chromatique est donc présente, plus intense en bords d’image comme souvent, mais certainement pas dévastatrice.
Pour ce qui est de la neutralité des couleurs, c’est Olivon qui fait le mieux, avec une dominant
e très légère, alors que la dominante chaude des Vortex est perceptible, sans être toutefois perturbatrice.


La largeur de champ est semblable, un peu supérieure chez Vortex et, de même, la mise au point minimale est un peu plus courte chez l’américaine, tout en étant très favorable chez les deux concurrentes.
Globalement, en ce qui concerne les performances optiques, les Vortex Diamondback HD 10x42 font encore un peu mieux que les Olivon PC3 10x42 et je donnerai donc un

avantage aux Vortex Diamondback HD sur ce point.


RAPPORT QUALITE-PRIX

C’est évidemment un aspect très important de la question quand on parle de modèles économiques s’adressant à des acheteurs qui savent compter.
Les Vortex Diamondback HD sont certes un peu plus chères que les Olivon PC3 mais, nous l’avons vu, elles sont plus joliment équipées, elles sont optiquement supérieures et elles bénéficient de la garantie à vie de Vortex qui est appliquée avec sagesse par la marque, alors qu’Olivon se borne à une garantie classique de 10 ans, mais avec un bon service et la disponibilité de pièces de rechange. Et soyons réalistes, à ce niveau de prix, des jumelles ne sont pas conçues pour durer toute une vie, du moins si elles ne restent pas dans l’armoire !

De manière générale, on peut affirmer que l’écart de prix entre les concurrentes se justifie, et je dirais même que l’offre Vortex est très séduisante sur le plan du rapport qualité / prix. J’accorderai donc un

léger avantage aux Vortex Diamondback HD 10x42 sur ce point

RESUME

 

(+)

faible avantage

+

avantage

++

net avantage

(-)

faible désavantage

-

désavantage

--

net désavantage

=

niveau équivalent

Rq : un « désavantage » ne signifie d’aucune manière une performance faible, mais seulement que l’autre modèle est supérieur !

Critères

Vortex Diamondback HD 10x42

Olivon PC3 10x42

Poids et dimensions

=

=

Agrément général à l'usage

=

=

Réglage de dioptrie

=

=

Image (neutralité, définition, luminosité)

+

-
meilleure neutralité

Champ de vision

(+)

(-)

Profondeur de champ perçue

=

=

Distance de mise au point minimale

(+)

(-)

Rapport performances / prix

(+)

(-)

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu